écouter

Fils de Balla Gaye 1, décédé dimanche passé à l’âge de 71 ans, Youssou Ndour a accordé un entretien à Sunu Lamb pour revenir sur le décès de son défunt papa. Le lutteur a évoqué les derniers moments vécus par Balla Gaye 1 avec sa famille. Il compte également réaliser dans l’arène tout ce que son père n’a pas pu réaliser.

Entretien

Quel témoignage faites-vous de votre père Balla Gaye 1, qui a rendu l’âme, dimanche dès suite d’une longue maladie ?

Il était quelqu’un de bien, qui couvait toute la famille. Il traitait tous ses fils sur le même pied.

C’est donc une grosse perte… ?

C’est une grosse perte. Non seulement pour la famille Ndour, mais plutôt pour Guédiawaye. Car mon défunt père était un monument dans ce département. Il a créé son école de lutte, jusqu’à sortir un Roi des arènes (Il fait allusion à Balla Gaye 2). Donc, rien que ça, c’est une fierté. On ne peut que rendre grâce à Dieu.

Etes-vous conscient que les gens vous regarderont d’un autre œil, lors de vos prochains combats dans l’arène ?

C’est quelque chose d’inévitable. Lors de mes prochaines sorties, on me regardera du même œil que mon défunt père. C’est ce que le bon Dieu a décidé. Donc, on ne peut que se plier à la volonté divine. Ce qui reste à faire, c’est de faire preuve de courage et de persévérance. En tout cas, tous les vœux que mon défunt père n’a pu réaliser dans cette arène, je ferai tout pour les réaliser, par la grâce de Dieu.

Quel témoignage faites-vous du monde de la lutte, qui s’est déplacé en masse, pour présenter ses condoléances à la famille Ndour, après la disparition de votre père Balla Gaye 1 ?

Je remercie tous les gens qui nous assistent durant ces moments de douleurs. C’est le fruit de son travail. Car mon défunt père Balla Gaye 1 entretenait de très bonnes relations avec toutes les personnes.

Quelles sont les dernières paroles que vous avez échangées avec lui, avant sa disparition ?

Il me disait tout le temps : fils, personne n’est meilleur que toi. Si tu redoubles d’efforts, tu peux tout obtenir.

Est-ce que sa disparition soudaine n’a pas surpris la famille Ndour ?

Il est parti sur les pointes des pieds. Parce que pas plus tard que le samedi dans la nuit, il avait longuement discuté avec la famille, après avoir pris son dîner. Il ne se plaignait de rien, ce jour-là. On se réveille le matin et on nous annonce son décès. Certes, à un moment donné il était alité, mais son état de santé s’était beaucoup amélioré. Le fait d’être une personne âgée seulement, c’est une maladie. Pratiquement toutes les anciennes gloires ont ce problème. C’est le lieu de prier pour que mes pères Mbaye Gueye et Boy Bambara recouvrent leur santé, par la grâce de Dieu.

Qui est votre prochain adversaire ?

Je dois solder mes comptes avec Bébé Diouldé. Pour le palmarès, j’ai disputé 14 combats pour 11 victoires contre 3 défaites.

Assane Walo Gueye