écouter

Le CNG ne badine pas avec la pandémie et toutes les mesures seront prises pour barrer la route à la covid-19. C’est pourquoi, Bira Sène et son équipe ont maintenu le huis clos total exigé par le ministre des Sports Matar Ba et de fixer à 300 le nombre de personnes qui seront admis à entrer à l’arène nationale. Parmi ces 300 personnes figurent les lutteurs et leurs accompagnants, les arbitres, médecins, superviseurs du CNG et journalistes.

Seuls 20 accréditations autorisées

La presse sera au rendez-vous. Le CNG mettra à la disposition de la presse 20 accréditations. « Pour la presse, 10 accréditations pour les autres sites et 20 journalistes au niveau de l’arène nationale. Il y aura 2 micro centraux, 2 médecins. 10 superviseurs au niveau des autres stades, 15 à l’arène nationale sont prévus. 6 arbitres au niveau des autres et 7 à l’arène nationale. Il y aura aussi un directeur technique », a révélé Adama Bop, porte-parole du CNG au sortir de leur réunion d’hier.

Les tests covid-19 des lutteurs abandonnés

« Nous avons aussi parlé du respect strict du protocole sanitaire. Il s’agit du respect de la distanciation sociale, de l’utilisation des gels hydro alcooliques, de l’utilisation des thermo flashs à l’entrée. Ils seront obligatoires pour tout le monde. Nous avons abandonné les tests covid-19 pour les lutteurs. Nous n’avons pas un budget pour le faire. Mais tous les lutteurs seront thermo flshés. Et tout suspect ne va pas avoir accès à l’arène », a ajouté Adama Bop dans le journal Sunu Lamb.

Assane Walo Gueye