écouter

Nous sommes le 31 décembre, soit le clap de fin de l’année 2020. Une année généralement malheureuse pour tous les sports particulièrement à la lutte sénégalaise. Entre décès, départ d’Alioune Sarr, arrivée de Bira Sène au niveau du CNG, l’arrêt des combats de lutte à cause de la covid-19, la grâce de Luc Nicolaï, l’année 2020 a été riche en évènements. Leewtoo.net vous replonge sur les dates marquantes de l’année 2020.

RETOUR SUR LES FAITS MARQUANTS DE 2020

Janvier : un combat annulé pour démarrer l’année 2020

Le début de l’année 2020, pour la lutte, avait bien montré qu’il n’augurait rien de bon. En effet, le premier combat prévu en 2020 a été tout simplement annulé. Prévu le mercredi 1er janvier 2020 à l’arène nationale, par le promoteur Serigne Modou Niang, le combat devant opposer Mory Cargo (Sakku Xam Xam) à Cheikh Super Diamono (Mor Fadam) n’a pas finalement eu lieu. Le duel a été annulé.

Février: Alioune Sèye 2/ Niakh Diarignou à sang, grève des arbitres

Le mois de février a été marqué par des événements qui ont impacté l’arène durant 2020. Le premier fait marquant du mois reste le combat qui devait opposait Alioune Sèye 2 à Niakh Diarignou, le 9 février 2020 à l’arène nationale. Le combat est n’a pas abouti. Il a été émaillé par des échauffourées provoquant le jaillissement de beaucoup de sang. Les deux lutteurs avaient été sanctionnés par le CNG avant d’être pardonnés par la nouvelle équipe. Après le 9 février, il y a également le 29 février. Cette date coïncide avec la grève des arbitres. Réclamant de meilleures conditions de vie et de travail, Sitor et ses collègues ont abandonné les sifflets pour engager un bras de fer avec Alioune Sarr.

Mars : Sitor Ndour radié à vie, la covid-19 arrête tout

Après le début de la grève des arbitres le 29 février, le CNG à travers sa commission de discipline et des règlements a lourdement sanctionné les grévistes 9 mars. Ainsi Sitor Ndour a été radié à vie, Malick Ngom et Babacar Diop ont été suspendus pour 5 ans. Aboubacry Dramé avait pris deux ans ferme. Après ces sanctions, la covid-19 avait débuté dans le pays le 3 mars avant de se propager dans la capitale quelques jours plus tard. C’est pourquoi, le 14 mars, le ministre de l’Intérieur d’alors Aliy Ngouille Ndiaye avait publié un arrêté pour interdire toutes les activités sportives. Et depuis lors, aucun combat de lutte n’est livré.

Avril : décès de l’ancien lutteur Mor Nguer

De la génération de Manga II, lieutenant du 1er Tigre de Fass, Mbaye Gueye, Mor Nguer est décédé dans la nuit du samedi à dimanche 19 avril, à l’hôpital El Hadji Ibrahima Niass de Kaolack des suites d’une longue maladie.

Juillet : décès de Jules Baldé, grâce de Luc Nicolaï

Cloué dans son lit pendant un certain temps à cause d’une maladie, Jules Baldé, a finalement rendu l’âme le 4 juillet passé. Ami d’Ama Baldé, le lutteur de l’écurie Falaye Baldé est décédé en laissant derrière lui une émotion très forte chez les acteurs de la lutte. Quelques semaines après le décès de Jules Baldé, une bonne nouvelle est venue apaisée le monde de la lutte. C’est la libération du promoteur Luc Nicolaï. Emprisonné pendant des mois, Luc a été gracié le 29 juillet.

Août : décès de Papa Yade 2

En pleine covid-19, période où tous les lutteurs sont obligés de ranger leur nguimb, Papa Yade avait trouvé un autre moyen que la lutte pour gagner sa vie, mais également entretenir dignement sa famille. Au retour du travail, sur un scooteur, le lutteur fait un accident et est admis à l’hôpital. Quelques jours plus tard, il décède de ses blessures. L’arène perd ainsi un grand espoir de la lutte, mais Rufisque sa ville perd elle un valeureux fils.

Novembre : fin de règne pour Alioune Sarr, décès Balla Gaye 1

Le mois de novembre reste le mois le plus chargé de l’année pour la lutte. C’est le mois qui a vu le décès de l’icône de Guédiawaye, Balla Gaye 1. Balla Gaye Ndour, fondateur de l’écurie éponyme nous a quitté le 15 novembre. Avant ce décès, le CNG a connu un changement. Alioune Sarr a quitté ses fonctions, le 5 novembre, après 26 ans de présidence. Il a été remplacé par Bira Sène à la tête du comité de gestion de lutte, le 9 novembre. Après son arrivée, Bira Sène a levé toutes les sanctions dans l’arène, le 21 novembre. Ainsi, Sitor Ndour a été gracié, Alioune Sèye 2 et Niakh Diarignou ont pardonnés.

Décembre : le démarrage de la saison en huis clos acté par Matar Ba

Après un arrêt de prêt de 10 mois, les combats de lutte vont bientôt reprendre, tout le bonheur des acteurs de la lutte. En effet, le samedi 26 décembre passé, le ministre des Sports, Matar Ba avait reçu Bira Sène, président du CNG, les promoteurs et les amateurs pour discuter du comment faire pour démarrer la saison de lutte. À la fin des discussions, le ministre a acté le démarrage de la saison mais que les combats se feront en huis clos avec toutes les mesures barrières.

Assane Walo Gueye