écouter

Hier, mardi, le président du CNG, Bira Sène a reçu l’association des managers. Au cours de la rencontre, Bassirou Babou et collègues ont exposé leurs problèmes à la nouvelle équipe du CNG. Ainsi, Bira Sène s’est engagé à sécuriser les managers. « Ce qu’il faut retenir au cours de cette rencontre est qu’on va sécuriser les managers. Pour que personne ne viendra derrière que je n’ai pas reçu mes 10% », a promis Bira Sène au sortir de la réunion, dans les colonnes de Sunu Lamb.

Le patron de la lutte sénégalaise n’a pas manqué de souligner que désormais l’argent du sponsor sera versé au niveau du CNG. « On les a invités également à ce que l’argent du sponsor soit versé au CNG. Ils fuient les pénalités alors que l’on ne va pas défalquer aucun franc sur l’argent du sponsoring. Ils n’avaient pas bien compris ça heureusement, ils ont bien saisi. On leur a demandé de bien se réorganiser, qu’ils sachent ce qu’ils signent avec les lutteurs. Qu’ils ne jouent pas au cache-cache. Qu’ils participent dans la sensibilisation des lutteurs. Ils doivent aller sur le terrain pour discuter avec leurs poulains sur les points du règlement. Ils ont aussi évoqué l’agent des lutteurs, notre réponse a été que dans notre attelage, il n’existe pas d’agent de lutteurs. Ils ont parlé de l’assurance, ils soutiennent qu’ils achètent des licences et qu’ils ne sont pas assurés. On leur a dit que pour cette saison, on va négocier pour avoir un champ très large dans l’assurance pour que nos composantes puissent être prises en charge par l’assurance. On va négocier avec des assurances pour voir la meilleure offre. Ce ne sont pas seulement les lutteurs qui sont exposés même les officiels sont dans ce lot tout ça fait qu’on va revoir et améliorer l’existant », a fait savoir Bira Sène.

Concernant les managers, Babacar Ndir, vice-président du regroupement des managers du Sénégal a livré toute sa satisfaction au sortir de la réunion. « Comme c’est un nouveau bureau qui est installé, il est de coutume que le CNG rencontre les acteurs de la lutte. On a rencontré la nouvelle équipe pour discuter de tous les problèmes de la lutte, avant le démarrage de la nouvelle saison. On leur a donné notre avis. Ce qu’ils doivent changer dans la gestion de la lutte et ce qu’il faudra préserver. On a eu satisfaction sur l’accueil qu’ils nous ont réservé. On a discuté et nous sommes tombés d’accord sur plusieurs points. Notre c’est de protéger les lutteurs. C’est pourquoi nous avons plaidé pour l’allégement des sanctions que l’on applique sur les acteurs de la lutte. Ce n’est pas un droit mais plutôt un souhait », a-t-il soutenu.

Assane Walo Gueye