écouter

A la suite de leur combat avorté à cause de la bagarre entre Alioune Sèye 2 et un accompagnant de Niakh Diarignou, le 9 février 2020 à l’arène nationale, les deux lutteurs ont lourdement sanctionné. Mais leurs sanctions ont été levées après l’arrivée de Bira Sène. Leur sanction avait aussi permis au CNG de restituer leurs reliquats au promoteur du combat Khadim Sam. Ce que les pugilistes ne peuvent pas comprendre. Dans les colonnes de Sunu Lamb, ils élèvent la voix pour rentrer dans leurs fonds.

Niakh Diarignou « C’est promoteur d’honorer ses engagements »

« Moi, je ne blâme pas le promoteur Khadim Samb dans cette affaire. Selon ses dires, il avait pris les avances et les reliquats qu’il avait donnés au CNG Maintenant, l’équipe dirigeante actuelle du CNG, avant de remettre les reliquats au promoteur de lutte, devait appeler Alioune Sèye 2 et moi, un membre du staff de chaque camp, le promoteur Khadim Samb pour qu’on discute autour d’une table pour trouver des solutions. Mais tout ça n’a pas été fait. Le CNG a tranché sans avoir nos versions (…). C’est au promoteur d’honorer ses engagements. S’il me donne mon reliquat c’est bon. S’il ne me donne pas aussi, ce n’est pas grave. Même avec ou pas le reliquat, je continuerais à vire. »

Alioune Sèye 2 « Je vais continuer à réclamer mon reliquat »

« Le CNG a validé le contentieux. Il a retenu le reliquat de Niakh Diarignou. Et le mien, l’instance dirigeante de la lutte l’a remis au promoteur Khadim Samb. C’est comme ça que l’instance dirigeante de la lutte a réglé cette affaire. Je vais continuer à réclamer mon reliquat. Car, cet argent me revient de droit. Et si le promoteur Khadim Samb ne me remet pas, je ne lui pardonnerais pas. »

Assane Walo Gueye