écouter

Comment rendre professionnel, le milieu de la lutte ? Une interrogation à plusieurs inconnues diront certaines personnes mais pas Yakhya Diop, Yékini. En effet, invité de l’émission RFM matin, l’ancien Roi des arènes a donné des pistes pour aller vers ce professionnalisme de l’arène. « Le comité sortant a joué un grand rôle, les acteurs, les promoteurs également pour que la lutte soit aujourd’hui viable. Mais des manquements sont par la suite notés au niveau de l’arène.  Pour arriver au professionnalisme de l’arène, il faut que les acteurs s’assoient autour d’une table et discuter sur la question. Le professionnalisme ne se décrète pas avec écritures sur papiers. Ce sont des actes et des discussions. Mais beaucoup manque pour ce professionnalisme. Et les choses pourraient empirer. Les jeunes sont dans les plage mais n’ont plus de combat. Si vous ne luttez pas, vous n’êtes plus un lutteur », a préconisé le fils Joal.

L’ancien chef de file de l’écurie Ndakaru prône également une discussion inclusive pour une bonne organisation de l’arène. « L’arène peut être organisée. Mais pour cela, il faut qu’il ait des discussions sérieuses et inclusives. Et certaines personnes ne peuvent pas manquer à ces concertations. Mais dire que je suis le ministre et que je convoque les gens que je veux pour parler avec eux, la lutte a dépassé ce niveau. J’ai arrêté ma carrière depuis 5 ans. Le nombre de lutteurs ne diminue pas, au contraire il augmente de jour en jour. En 1994, l’année de notre arrivée dans l’arène, la situation n’était pas comme elle est aujourd’hui », a-t-il fait savoir.

Assane Walo Gueye