écouter

C’est une évidence de dire que la saison 2020/2021 sera très courte. Car, en plus de la pandémie, qui empêche toujours le démarrage de la saison, même si les cas positifs journaliers sont considérablement en baisse, il y aura des événements religieux qui vont occasionner l’arrêt des compétitions. C’est le cas du mois de Ramadan, la fête de Korité, la fête de Tasbaski entre autres. Malgré ce temps court qui reste, les promoteurs ne se sont pas retenus. En effet, beaucoup de grandes affiches sont déjà ficelées. Le combat royal entre Modou Lô et Ama Baldé a été monté par Luc Nicolaï, Balla Gaye 2/Bombardier et Eumeu Sène/ Lac 2 matérialisés par Gaston Mbengue, Tapha Tine/ Boy Niang ficelé par Leewtoo Pape Thialiss, Papa Sow/ Siteu acté par Pape Abdou Fall et Gouye Gui/ Reug Reug décroché par la Tfm.

La « guerre » des dates inévitable chez les promoteurs

Si Gaston Mbengue, Pape Thialiss  Luc Nicolaï, Pape Abdou Fall et le groupe futur médias tiennent déjà leurs combats, ils leur restent à définir une date pour dérouler leurs manifestations. Avec cette pléthore de grands combats et le peu de dates propices à donner de la valeur à ces duels, il ne manquera pas une « guerre » chez les promoteurs au niveau du CNG. Bira Sène et son équipe nouvellement nommés ont du pain sur la planche.

Les régions et la Gambie des alternatives

Pour le moment aucune date n’est avancée pour démarrer la saison de lutte 2020-2021. Mais, elle pourrait débuter en janvier. Si la région de Dakar ne peut pas accueillir tous ces grands combats cités précédemment, pour Sunu Lamb les promoteurs auront une alternative. Pour le Quotidien de l’arène les bailleurs pourront organiser dans les régions de Kaolack, Saint-Louis, Thiès, Diourbel, Ziguinchor entre autres. Le journal considère la Gambie comme également une possibilité. Parce que Gambie compte un nombre impressionnant d’amateurs qui peuvent remplir un stade. Le combat Tyson/Mor Fadam, organisé là-bas le 7 octobre 2000 reste une parfaite illustration. Le stade de Kakau était plein à craquer. Donc, 20 ans après, ce pays ami du Sénégal peut accueillir à nouveau une autre grande affiche de l’arène sénégalaise.

Assane Walo Gueye