écouter

Fin tacticien, Papis Général a marqué les esprits dans l’arène. Danseur hors-pair, les amateurs l’attendait pour vivre une ambiance de haut-facture. Auteur de 11 combats pour 9 victoires contre 2 défaites, l’ancien sociétaire de l’écurie Manga a annoncé son retrait dans l’arène en tant que lutteur. « J’ai effectivement arrêté la lutte. Pourquoi j’ai décidé d’arrêté ? C’est pour des deux raisons. La première c’est ma mère. Elle m’a supplié d’arrête, si je ne veux pas la perdre. Elle m’a prévenu en disant de choisir entre la lutte et elle. Je n’avais pas le choix et j’ai pris la décision de mettre fin à ma carrière de lutteur. La seconde raison qui m’a poussé à ranger mon nguimb, c’est ma défaite concédée contre Quench. C’est un revers que je n’arrive toujours pas digérer. C’est une défaite qui me fait très mal jusqu’à présent », a-t-il annoncé dans le journal Sunu Lamb.

Après avoir rangé son nguimb, Papis Général a trouvé une nouvelle voie pour gagner sa vie. L’ancien lutteur s’est reconverti en marabout. « Je pouvais même travailler dans l’usine de ma mère puisqu’elle dirige une charcuterie. J’avais travaillé là-bas pendant une année, mais je suis sur autre chose. Maintenant, je suis devenu un marabout. Ça va surprendre beaucoup de gens mais pas ce qui me connaissent réellement. Mon grand-père est un grand marabout à Joal Fadiouth. J’ai hérité de ses pouvoirs », a-t-il fait savoir.

Assane Walo Gueye