écouter

Installés lundi passé par le ministre des sports Matar Ba, Bira Sène et son équipe auront du pain sur la planche. Ils ont chargé de répondre aux besoins des acteurs de la lutte. Ce qui peut rendre ardu leur boulot si l’on sait l’étendue des attentes du monde de la lutte envers le successeur d’Alioune Sarr. D’ailleurs, le journal Sunu Lamb a accroché Alioune Seye 2, Tidiane Faye et Ndiaga Diop qui ont listé leurs recommandations au patron de la lutte sénégalaise.

Ndiaga Diop, écurie Pikine Mbollo  

« Bira Sène ne doit pas faire moins qu’Alioune Sarr »

« On ne le connait pas trop (Bira Sène), pour dire vrai. On s’est réveillé un beau jour pour entendre que le ministre des Sports a nommé un nouveau président du CNG de lutte. Nul doute que le Dr Alioune Sarr a hissé la lutte à un niveau acceptable. Donc, son successeur ne doit pas faire moins, après avoir hérité du fauteuil de président du CNG de la lutte. Le nouveau président devra diminuer les prix de location de l’arène nationale aux promoteurs. Comme ça, ces derniers pourront à leur tour payer les jeunes lutteurs au lieu de leur faire vendre des tickets. Avec ça, ils n’ont même plus de temps pour s’entraîner. C’est un règlement qui doit être levé. »

Tidiane Faye, écurie Lansar

« « On doit diminuer la somme que l’on défalque sur le cachet des lutteurs »

« On doit diminuer la somme que l’on défalque sur le cachet des lutteurs. Egalement, avant de prendre une quelconque décision pour sanctionner un acteur. Le CNG devra privilégier le dialogue et la concertation. C’est ce qui fera avancer la discipline de la lutte. »

Alioune Sèye 2, écurie Walo

« « On doit changer beaucoup de choses sur la gestion de la lutte »

« On doit changer beaucoup de choses sur la gestion de la lutte. Il y a les sanctions abusives que l’on inflige aux lutteurs, lors des combats. Sans compter la somme importante que l’on que l’on défalque sur le cachet des lutteurs. Bref, on attend beaucoup de changement de leur part. »

Assane Walo Gueye