écouter

L’instance suprême de la lutte, le CNG, est en phase de connaître une vraie révolution. En effet, depuis 1994, ce comité de gestion de la lutte n’a pas connu de mouvement au sein de sa présidence. Ce qui va cesser dès demain, samedi. Car, Alioune Sarr qui fait office de président du CNG depuis 26 ans maintenant, va quitter son fauteuil ce 31 octobre 2020 et sera remplacé par une nouvelle équipe dirigeante. Le ministre Matar Ba a déjà tout prévu. La personne qui devra succéder à Alioune Sarr a même été choisi. Seulement un fait et, non des moindres, s’est passé et peut tout remettre en cause. Ce fait en question, c’est le communiqué de la présidence de la République sorti hier mercredi vers les coups de 19h. Dans ce communiqué, le Président a précédé à la signature de quatre décrets dont l’un concerne la cessation de toutes les fonctions ministérielles. Ce qui veut dire qu’actuellement, personne encore moins Matar Ba, n’a un pouvoir de décision sur le sport et ses membres. Et ceci jusqu’à la mise en place d’un nouveau gouvernement et la nomination d’un nouveau ministre des Sports.

Si Matar Ba est reconduit, il n’y aura aucun problème. Mais imaginez une fois que Matar Ba ne soit pas reconduit à son poste. Dans ce cas, tout le travail déjà fait, jusqu’ici pour mettre en place une nouvelle équipe du CNG, sera chamboulé. Puisque le nouveau ministre en question pourrait reconduire Alioune Sarr ou choisir une autre personnalité différente de celle cochée par l’ancien ministre afin de gérer les destinées de la lutte.

Autre hypothèse, Alioune Sarr, a une bonne image auprès des politiques. Il a le vécu, l’expérience, les capacités intellectuelles et le charisme pour devenir ministre des Sports. Et si Alioune Sarr succédait Matar Ba à la tête de ce ministère ?

Assane Walo Gueye