écouter

Très connu dans l’arène en tant que micro-central, Hypo Ngary forme un duo unique avec son acolyte Ibou Ndiaye Niokhobaye qu’il considère comme un frère de sang. « Niokhobaye est mon frère. C’est un frère de sang. On s’est connu il y a de cela très longtemps. Il a donné son nom à mon fils qui est âgé aujourd’hui de 30 ans. Donc, Niokho n’est pas un ami, c’est un frère que j’admire et qui compte beaucoup pour moi. Je ne peux rien faire sans sa présence. Niokho était le batteur de Pape Diop Boston et moi je fus celui de Mbaye Guèye. Souvent, j’allais à Pikine pour le voir et un jour je l’ai présenté à Mbaye Guèye, qui était un adversaire de Pape Diop. Depuis lors, nous ne nous sommes plus quittés. Chaque jour on est ensemble, dans le bonheur comme dans le malheur », a témoignant Hypo Ngary à l’endroit de son ami dans le journal Sunu Lamb.

En plus de ces témoignage, Hypo Ngary a également révélé son vrai nom. La majeure partie des acteurs de lutte ignore le vrai nom du micro-central. C’est désormais connu, Hypo Ngary s’appelle Ndiaga Diongue. « Je ne m’appelle pas Hypo Ngary, je m’appelle Ndiaga Diongue » révéla-t-il. Avant de poursuivre. « Ce sont mes camarades de classe qui m’ont appelé Hypo Ngary. Au départ, ce nom me faisait mal et je me bagarrais tous les jours avec eux à la recréation ou à la fin des cours. C’est mon père qui m’a dit de ne plus me battre si on m’appelle Hypo Ngary. Je me rappelle, c’était à l’école Médine, ou je faisais le CE2 dans la classe de Monsieur Ndione Gaïdé », a révélé le co-auteur de Aythia aythia.

Assane Walo Gueye