écouter

Initiateur des concertations organisées, hier dimanche à l’arène Adrien Senghor, Manga II a révélé, à la fin des discussions, son objectif pour la lutte simple. « La lutte traditionnelle et le miroir de notre sport national. On doit vulgariser cela. On doit travailler là-dessus. On doit le vendre en Europe, c’est cela notre objectif », a indiqué le 2ème vice-président chargé de la lutte sans frappe.

Le collègue de Bira Sène se félicite des actes déjà posés par le CNG en place. « Le ministre nous a donnés un cahier des charges. Nous connaissons la vision du ministre. Je suis satisfait de ce qui a été fait pour le moment, parce que toutes les doléances que j’avais demandées à Bira Sène, il me les a accordées. Les 1.000 F que les lutteurs versaient avant de compétir dans les galas sont supprimés, les prix des licences des promoteurs, managers et lutteurs ont été réduits. Je remercie le président Bira Sène d’avoir réalisé ces réductions. »

Manga II est revenu sur l’importance des concertations et prévoit prochainement une tournée dans les régions. « Le but de cette réunion était de rencontrer l’ensemble des acteurs de la lutte sans frappe : les promoteurs, les managers, les Associations et amateurs pour discuter avec eux, pour voir ce qui ne marche pas dans la lutte traditionnelle, recueillir les idées et les préoccupations des uns et des autres. En plus de cela, on a prévu également de faire une tournée dans les régions pour voir les CRG, les comités locaux pour voir ce qui va et ce qui ne va pas à leur niveau », a-t-il prévu.

L’ancien Roi des arènes invite les promoteurs de trouver les moyens pour organiser de grands évènements de lutte simple dans les régions. « J’ai demandé aux promoteurs de voir comment pouvoir organiser de grands évènements dans les régions. J’espère les promoteurs ont compris mon message. De notre côté, nous ferons des efforts pour déplacer la lutte traditionnelle dans toutes les régions. Je ne dirais pas que cette réunion sera mensuelle ou trimestrielle. Cette réunion a été l’initiative de Manga II. Donc avec le programme, nous essayerons de tenir ces réunions occasionnellement. En tout cas, les discussions vont continuer », a-t-il promis.

Hyacinthe Ndiaye a également répondu à la question portant sur les arbitres femmes. « Concernant, les arbitres femmes, ce n’est pas de mon ressort de bannir une arbitre dans l’arène. Il y a une commission qui gère la question des arbitres, c’est à elle de prendre des décisions allant dans ce sens », a-t-il fait comprendre.

Assane Walo Gueye