écouter

Amitié, parenté, voisinage, nous ont certainement sevré de combats alléchants. Combien de bonnes et belles affiches ratées, du fait de ces facteurs. En effet, beaucoup de lutteurs invoquent, l’amitiè, la parenté ou le voisinage pour se dispenser de comnbattre avec tout lutteur qui rentre dans ces paramétres là. Ainsi, nous ne verrons plus GRIS et EUMEU s’affrontaient, car aprés un combat épique, ils ont entretenu, développé, densifié une profonde amitié. Que dire de BALLA, AMA, LAC 2, trois athlétes incroyables que nous n’aurons jamais la chance de voir se croiser. La parenté forte et les liens du terroir l’interdisent. Les exemples foisonnent et sont légions. Et pourtant, Double Less que Mbaye Guèye avait fait venir et logé à Dakar, n’avait pas hésiter à défier ce dernier. Si dans un premier moment, cela avait choqué, ils ont fini par se résoudre à accepter de lutter et cela n’a jamais impacté sur leur amitié. Bien au contraire, ils ont même remis cela dans un combat-exhibition lors du jubilé du premier Tigre de Fass. Plus récemment, les CLAF de Gaston ont démontré s’il en était besoin que les lutteurs au-delà leurs accointances, peuvent et doivent accepter de combattre, car il y va doublement, de leurs interêts en particulier et de ceux de la lutte en général.
.