écouter

Il sera difficile voire impossible de désigner les 5 meilleurs lutteurs de tous les temps de la lutte avec frappe, de manière consensuelle. Cependant, chaque personne a la latitude de nommer ses 5 majeurs de l’histoire de la lutte sénégalaise. C’est d’ailleurs ce que Record a permis à certains acteurs de lutte de faire. Dans son numéro de ce mercredi, le journal Record a tendu le micro à Birahim Ndiaye, Ibou Ndiaye Nikhobaye, Amboise Sarr, Max Mbargane et Raye Ba. Chacun d’entre eux a désigné les 5 lutteurs qui l’ont marqué.

Birahim Ndiaye, ancien lutteur

« Yékini, le vrai Roi, Tapha Gueye, le génie »

« Falaye Baldé, je ne l’ai pas tellement suivi. Mais il était coriace. Doudou Baka Sarr aussi, dont je n’ai vu que les derniers combats, était un grand champion. En fait, chacun a régné pendant une période précise. Manga 2 est un grand champion, certes. Mais il n’est pas resté 10 ans sans tomber. Je défie quiconque de me le prouver. Je reconnais cependant qu’il est l’auteur d’une brillante carrière. Ambroise Sarr a aussi brillé, mais sa carrière était très courte. Robert a fait ce que personne n’a fait, même s’il n’est pas bavard. Il n’a battu que de grands champions, comme Faga et Bécaye 2. Il fait partie des meilleurs. Mbaye Gueye doit surtout son succès à sa victoire devant Robert qui était le meilleur d’alors. Less a dominé l’arène pendant trois à quatre ans. Bara Bara, que je ne connais pas assez, était surnommé le professeur grâce à ses chutes spectaculaires. Pierre Téné et Cheikh Mbaba étaient aussi e la race des grands champions. Parmi les dernières générations, je peux citer Balla Gaye 2, Modou Lô. Yékini est le vrai Roi des arènes. Il est le seul à avoir quinze ans d’invincibilité. Tapha Gueye, je l’ai vu grandir, il était le génie. »

Niokhobaye, micro-central

« Bara Bara, Falaye Baldé, Mame Gorgui, Mbaye Gueye »

« Les 5 lutteurs, qui m’ont le plus marqué sont Bara Bara, Falaye Baldé, Mame Gorgui Ndiaye, Mbaye Gueye et Cheikh Mbaba. Bara Bara était surnommé le professeur. Il a enregistré plus de 200 victoires. Falaye Baldé a disputé 138 combats (4 défaites devant Babou Ndiambane, Bécaye 2, Landing Diamé et Boy Niangue et 2 nuls). De son côté, Mame Gorgui Ndiaye a affronté trois générations différentes, en plus de 200 combats. Mbaye Gueye, 1er Tigre de Fass, me marquera à jamais. Il a fait aimer la lutte à beaucoup de personnes. Enfin Cheikh Mbaba est le 1er à avoir remporté le drapeau de l’Afrique occidentale française (AOF).

Ambroise Sarr, ancienne gloire

« Robert, Less, Mbaye Gueye, Yékini et Balla Gaye 2 »

« Robert, Double Less et Mbaye Gueye m’ont vraiment marqué. Ils étaient des références dans leur ethnies ou écuries. Les Sérères s’identifiaient tous à Robert, les Socés à Double Less pendant que le Cap-Vert était acquis à Mbaye Gueye. Même quand il tombait, les supporters n’étaient pas fâchés car ils savaient qu’il avait tout donné. Parmi les dernières générations, je retiens Yékini et Balla Gaye 2. Tous deux ont été les premiers Rois des arènes de leur génération. Ou alors ceux qui ont le plus marqué les esprits. »

Max Mbargane, manager et Directeur technique écurie Lansar

« Pape Kane, Mbaye Gueye, Robert, Less et Boy Niang 1 »

« Mon 5 majeur est constitué de Pape Kane, Mbaye Gueye, Robert, Double Less et Boy Niang 1. Pape Kane était un très bon lutteur. Quand, à la suite d’un accident, il s’est fait amputer un doigt, il a plus travaillé la boxe et est devenu un grand puncheur. Les femmes disaient de lui que, vu sa beauté, qu’il ne devait pas être lutteur. Mbaye Gueye n’avait pas une certaine taille une hargne à revendre. Tous les combats étaient des évènements. Double Less s’est imposé dans toutes les formes de lutte. A un moment, on a dit que personne ne pouvait le battre, comme ce qui était arrivé à Yékin. Robert était un grand champion Sérère, avec un talent une honnêteté sans pareil. Il était un fin technicien, représentant toute l’ethnie sérère. Boy Niang 1 a créé le cri de guerre Tay Shinger. Il était talentueux, bon boxeur et plaisant. Il est décédé à l’écurie Fass. »

Raye Ba, Luc Nicolaï and CO

« Falang, Cheikh Mbaba, Robert, Mbaye Gueye, Yékini »

« Abdourahmane Ndiaye Falang, que j’ai connu à travers sa carrière par les anciens, n’a été battu que par Souleye Ndoye et Modou Diakhaté de Teungueth, qui revenait de guerre. Il est l’un des meilleurs de toutes générations confondues. Cheikh Mbaba Sow a marqué son temps. Il a aussi quelque chose d’extraordinaire. L’histoire est ingrate. Qui fait qu’on parle parfois plus de personnes qui ont fait beaucoup moins que d’autres. Robert Diouf, à un moment, a battu tout le monde. Jusqu’en 1969 quand il perdait devant Mbaye Gueye, par KO. Il est l’un des meilleurs lutteurs sérères de l’histoire. De son côté Mbaye Gueye a révolutionné la lutte, en hissant les cachets à un million. Il a fait aimer la lutte nombre de Sénégalais. Yékini a un record qui n’est pas égalé jusqu’ici. Rester 15 ans sans défaite, au milieu de Dakar et dans un contexte particulier, il fallait le faire. Personne n’a réussi jusqu’ici cette prouesse, alors que les records sont faits pour être battus. »

Assane Walo Gueye