écouter

C’est un Matar Ba très libéré mais très serein qui était face aux acteurs de la lutte, lundi passé à l’arène nationale à l’occasion de l’installation de Bira Sène dans ses nouvelles fonctions de président du CNG. Dans son allocution, le ministre des Sports a été ferme sur sa position d’être le défenseur de la lutte avant même le comité de gestion.

« Je vous le dis mais j’ai la détermination qu’il faut. J’ai l’énergie qu’il faut pour défendre et protéger cette discipline sportive. Je discuterais avec tout le monde. Je choierai quiconque. Mais ceux qui viendront pour détruire la lutte, m’auront en face d’eux avant d’en découdre avec le CNG. Il faut m’éliminer d’abord avant de détruire la lutte. Tant que, je reste fonctionnel, personne ne détruira la lutte. On ne l’acceptera pas parce que la lutte est un bien commun. Ceux qui sont à Fongolémi, en train d’écouter à la radio un combat de lutte avec passion, ont les mêmes droits que tout le monde dans l’arène. Ils sont des Sénégalais qui aiment la lutte comme tout un chacun de nous. Donc, nous ne devons pas permettre à certaines personnes de gâcher le plaisir que ces gens de Fongolémi ont lorsqu’ils écoutent les combats à la radio. Il faut comprendre que la lutte est plus importante que mon statut de ministre des Sports parce que la lutte appartient à tout le monde », a indiqué le patron du sport sénégalais qui vise surement à décourager les détracteurs de la lutte.

Assane Walo Gueye