écouter

Cela fait maintenant plus d’une semaine que Matar Ba est en train de consulter les acteurs de la lutte pour la formation de la nouvelle équipe dirigeante du comité nationale de gestion de la lutte. Seulement, depuis le début des audiences, les acteurs de la lutte simple semblent être mises de côté. Ce qui n’agrée pas Saliou Diouf.

En effet, le président de l’amical des amateurs de la lutte et toutes disciplines assimilées (AMALDA) sort de silence pour rappeler au ministre que la lutte sans frappe à son mot à dire dans la gouvernance de la lutte. « Jusqu’à présent, le ministre Matar Ba ne nous a pas appelé. De ce fait, à ma connaissance, aucune audience n’est prévue pour les acteurs de la lutte simple. Nous sommes à l’écoute du ministre. Nous faisons partie de l’arène. Nous avons notre mot à dire. Il est normal qu’il nous reçoit comme il le fait avec d’autres associations de la lutte », revendique Saliou Diouf saisi au téléphone par Leewtoo.

Et concernant le profil du nouveau président, Saliou Diouf indique ne pas avoir le choix sur une personne. Ce qui l’importe c’est qu’il soit un homme du sérail mais également qu’il travaille pour développer la discipline. « Concernant le profil du nouveau président, je n’ai trop le choix. L’essentiel est qu’il soit un homme du sérail. Qu’il travaille pour le développement de la lutte. Mais qu’il distingue également la lutte avec frappe de la lutte simple », a-t-il soutenu.

Assane Walo Gueye