écouter

C’est un Khalifa Niang contre la décision de Matar Ba, qui est apparu dans le journal Sunu Lamb de ce matin. En effet, le président de Tay Singer est non seulement contre la nomination de certaines personnes dans le nouveau bureau mais il est également contre le fait que c’est Matar Ba qui nomme qui il veut. Pour lui, ceux sont les composantes de la lutte qui devraient, elles même choisir leur président.

« C’est un parti qui vient au pouvoir et qui veut faire plaisir à tout le monde »

« J’ai des préoccupations, par rapport à la nouvelle équipe. J’ai l’impression que c’est un parti qui vient au pouvoir et qui veut faire plaisir à tout le monde. Et que voilà, on donne à tout un chacun un poste dans un bureau, qui à mon sens est pléthorique, pour un comité national de gestion de la lutte, qui en réalité, doit assurer la transition, pour aller vers une fédération. Donc, je vois que c’est toutes les composantes de la lutte pratiquement, qui sont dans ce nouveau bureau du CNG, avec 12 conseillers qui sont également membre du bureau. C’est vraiment une préoccupation à mon niveau. Je pense qu’il y a certaines personnes qui ne devraient pas, en tout cas du point de vue de leurs casquettes, figurer dans ce CNG là.

« Le ministre n’a pas à désigner les représentants des composantes de la lutte »

« Tout simplement, il y a des conflits d’intérêts. Donc, tu ne peux pas être là à réorganiser la lutte et avoir des intérêts au sein de la lutte. C’est cet aspect de conflit d’intérêts qui me pose problème, au premier niveau. L’autre aspect, c’est par rapport à la désignation même des membres du CNG. Quand l’ancien président (Alioune Sarr) venait, il avait choisi son équipe. Parce qu’il avait une vision et voulait mettre la lutte sur les rails. Et à notre grande surprise, on s’est rendu compte que cette nouvelle équipe là, est mise en place par le ministre des Sports, Matar Ba. Ça me semble très grave, cette situation-là. Parce que le ministre n’a pas à désigner les représentants des composantes de la lutte. A mon sens, le maire de Fatick devait demander à chaque composante de la lutte à désigner son représentant, parce que ce n’est pas une affaire personnelle. C’est une affaire de groupe, d’association. Et les associations par définition sont libres. Donc, il n’appartient pas à un ministre de leur désigner leur représentant. Et ça c’est des incompréhensions que j’ai, par rapport à la mise en place de ce CNG.

Assane Walo Gueye