écouter

Hier, lundi, le journal Sunu Lamb avait barré dans une la photo d’Issa Ndiaye pour indiquer qu’il serait le successeur d’Alioune Sarr. « Issa Ndiaye pourrait être le prochain président du CNG. Il est fortement pressenti pour diriger les destinées de la lutte pour un mandat de deux ans. Comme je vous l’avais dit, c’est un grand amateur de lutte, quelqu’un de très effacé et un homme du sérail. Le ministre veut brouiller les pistes, mais Issa Ndiaye, sauf tremblement de terre, devrait remplacer Alioune Sarr à la tête du CNG », avait soutenu une source dans le journal.

Quelques après parution du l’article dans la place public, Issa Ndiaye, lui-même, a appelé la rédaction de Sunu Lamb pour démentir cette information. « Je le jure que je n’ai jamais évoqué, avec Matar Ba, la présidence du CNG. Je suis en train de vous dire que l’information n’est pas avérée. Je suis le principal concerné, l’information n’est pas avérée. J’ai tellement de responsabilités que ça risque de me porter préjudice. Je ne suis pas dans le flou, j’adore la transparence. Matar Ba m’a reçu comme il a reçu tout le monde, pour me demander mon avis, c’est tout. Je pense, s’il doit me nommer président du CNG, il doit en parler avec la personne concernée. A la limite, Matar Ba va penser que je cherche du buzz. Ce n’est pas le cas. Je suis très loin des médias habituellement. Je travaille pour une multinationale et aujourd’hui quand le siège de cette multinationale m’appelle pour me parler, vous trouvez ce que ça peut engendrer », se désole Issa Ndiaye.

Patron de la structure IACOM (Agence de communication, de marketing et d’événementiel), a montré son mécontentement et estime que l’article va le porter préjudice. « Je vous ai appelé parce que franchement, je ne suis pas content. Je suis mécontent de l’article de ce matin, à la UNE de Sunu Lamb. Cet article va me porter préjudice. Est-ce que vous avez mesuré les répercussions, si jamais cette information n’est pas avérée. Vous avez fait vos investigations mais est-ce que tu t’es posé la question au cas où cette information serait fausse ? Quel est l’impact par rapport à la personne ? Un impact négatif, peut-être, avec des conséquences énormes et je le jure devant Dieu que vous ne pouvez pas le mesurer. Tu as fait des investigations, tu as balancé une information, je suis d’accord avec toi », a-t-il ajouté.

Assane Walo Guye