écouter

En audience avec le président du CNG, Bira Sène et son équipe, samedi passé à l’arène nationale, l’Association des responsables d’écoles et écurie de lutte du Sénégal (AREELS) a dénoncé les maux de la lutte auprès de bureau du comité de gestion. Malick Gningue, président de cette association et ses collègues ont également exposé leurs doléances. Au sortir de la réunion, Khalifa Sow s’est adressé à la presse en revenant sur les points abordés durant l’entrevue.

« L’AREELS a demandé au CNG de créer véritablement un nouveau site internet, compte tenu des besoins d’informations des associations qui tournent autour de la lutte. Nous voulons aussi que le CNG partage avec nous la lettre de mission et les cahiers de charge que le ministère des Sports leur a fixés. L’autre élément, c’est l’organisation de rencontre de bilans d’étape. Nous avons demandé au CNG, par le biais du ministère des Sports, de subventionner les écoles et écuries de lutte. Parce qu’elles en ont besoin de cela. Cette subvention pourra assurer la formation des responsables des écoles et écuries. L’autre aspect est relatif à la réglementation. Il s’agit de revoir la police d’assurance des lutteurs. Il y a également la problématique des recours. Sur ce point, les lutteurs versent des montants (25.000 F pour déposer un recours NDLR). Mais si le recours est favorable, le lutteur doit être remboursé sur le montant cautionné pour le recours. Nous avons aussi demandé au CNG d’interdire aux promoteurs de donner des billets à la place des avances sur cachet. Surtout aux jeunes lutteurs. Cela ne favorise pas l’avancement de la lutte », a indiqué Khalifa Sow dans le journal Sunu Lamb.

Assane Walo Gueye