écouter

Depuis la semaine dernière, la presse a annoncé le départ de Alioune Sarr à la fin de son mandat le 31 octobre prochain. D’ailleurs l’on informe que le patron du comité national de gestion de la lutte avait voulu rendre le tablier depuis la fin de la saison, le 31 juillet dernier. Aujourd’hui, les acteurs commencent à se prononcer sur le successeur de Dr Sarr. Dans la presse, Khalifa Niang a affirmé que le comité doit être confié “aux responsables d’écuries qui sont mieux indiqués pour diriger le CNG. Mieux encore, le mieux le président de l’écurie Tay Shinger a estimé qu’il faut “établir un cahier de charge au nouveau bureau et qu’il est temps de tendre vers une fédération d’ici un an”.

Dans le même sillage, Malick Gningue président de Xam Sa Cossan est monté au créneau pour aborder dans le même sens. Il invite le prochain président à avoir une capacité d’écoute, ce qu’il juge très important. Selon lui, une seule personne ne peut pas faire marcher le CNG. Il renchérit qu’il était prévu d’aller vers une fédération. Mais en attendant, il suggère que les gens travaillent comme si c’était une fédération. “Il faut que les responsables d’écuries aient leur mot à dire au sein du nouveau CNG. Ils font office d’une fédération” souligne M. Gningue.

Des sorties qui laissent croire que les responsables d’écuries et d’écoles de lutte sont bien intéressés par le CNG. N’aspirent-ils pas à décrocher un poste.

#leewtoo

Aïssatou FAYE NIANG