écouter

Même si, le ministre des Sports Matar Ba a zappé la lutte tout en approuvant le démarrage des championnats de football, les acteurs de l’arène attendent, eux aussi, une décision du ministre pour lancer la saison 2020-2021. Mais pour cet éventuel démarrage de la saison, le promoteurs Pape Abdou Fall se veut clair dès maintenant. Le patron de PAF Productions n’est pas d’accord pour des combats en huis clos. « On ne peut organiser un combat de lutte en huis clos. Nous investissons des millions. Le lutteur a besoin des accompagnants, la lutte dans son ensemble également. Je pense qu’avant de prendre une quelconque décision, il devrait avoir un dialogue autour d’une table avec les acteurs de la lutte. Permettre le démarrage de la saison et exposé le huis clos serait très dommageable pour la lutte. Nous ne sommes pas content de cette décision. Parce que cela ne nous arrange pas. Les lutteurs ont déjà encaissé des avances sur cachets des promoteurs et ils doivent lutter. L’autre chose est que, nous sommes assez responsables. Nous pouvons nous entendre sur une décision, prendre nos dispositions. C’est-à-dire organiser nos combats tout en respectant les barrières : réunir les thermo-flash, les masques et les gels antiseptique », a réagi Pape Abdou Fall, ce matin dans le journal de la radio futur média (Rfm).

Le promoteur dénonce à cette occasion le deux poids deux mesures du ministre mais estime aussi que le pay-per-view n’est pas une solution générale. « Qu’ils nous disent plutôt qu’ils favorisent une partie des sportifs (Football) au détriment d’une autre partie (Lutte). La lutte ne peut pas se tenir en huis clos. Le pay-per-view peut être une solution pour certaines grandes affiches qui peuvent facilement attirer les sponsors. Mais dans ce cas, on favorise les promoteurs qui ont les moyens de monter les grandes affiches sur ceux qui n’ont pas assez de moyens ».

Le promoteur du combat Pape Sow/ Siteu annonce également une rencontre avec les autorités politiques pour discuter de la question. « Nous les acteurs de la lutte, nous allons nous réunir pour aller discuter avec les autorités. Puisque depuis le début de la pandémie, les acteurs de la lutte ont été solidaires avec elles », a-t-il conclu.

Assane Walo Gueye