écouter

Depuis le samedi 14 mars passé, à l’arène nationale, aucun combat de lutte ne s’est encore tenu. La cause, le coronavirus qui dicte sa loi, dans le pays depuis le 2 mars 2020. En effet, après la notation du premier cas de covid-19, au soir du 2 mars passé, l’Etat du Sénégal avait pris la mesure, le 14 mars, d’arrêter toutes activités sportives dans le pays. Ceci pour barrer la route à la propagation de la maladie. Seulement, cette mesure semble ne pas atteindre son objectif. Car depuis 10 mois maintenant, le virus circule comme il le souhaite dans notre territoire et empêche l’arène de dérouler ses activités alors que des matchs de football s’organisent au niveau du stade Lat Dior de Thiès avec la présence d’un public, petit soit-il. Un deux poids, deux mesures que les acteurs de la lutte ne supportent plus. Ainsi une rébellion est en gestation au sein des hommes de l’arène, estime Sunu Lamb. C’est d’ailleurs ce qui motiverait la conférence de presse de Mbaye Yékini prévue ce jeudi. Selon le journal, le promoteur de lutte « Compte dénoncer le silence de l’Etat au sujet de la réouverture de la saison ».

Avant Mbaye Yékini, un autre promoteur, Yidaly Gningue, avait également saisi Sunu Lamb pour « Exprimer ses complaintes. Car les lutteurs qu’il a engagés se plaignent tous du flou qui entoure le démarrage de la saison ». Yidaly Gnigue et son groupe proposent même d’organiser une grande marche pour amener les autorités à réagir. Les promoteurs Mamadou Diakhaté, aptron de Diak’s Productions, Baba Diaw tout comme le Roi des arènes Modou Lô sont également préoccupés par cette même situation, nous précise le journal Sunu Lamb.

Assane Walo Gueye