écouter

C’est visible partout dans les médias, les lutteurs ne peuvent plus supporter la longue attente pour voir la saison de lutte démarrer. Ils clamaient haut fort et adressaient des messages à Bira Sène, Matar Ba mais également le Président Macky Sall. Les pugilistes veulent combattre, il n’y a pas autre souhait. Ces interpellations, le président du CNG les a entendues. Bira Sène salue la prise de bec des acteurs de la lutte, il les comprend également. « Permettez d’abord de saluer le monde de la lutte, plus particulièrement les lutteurs, qui sont nos athlètes, nos pratiquants qui sont restés 10 mois sans descendre dans l’arène. Je comprends leurs réactions. Ils sont dans leur rôle », a réagi Bira Sène dans le journal Sunu Lamb.

Mais pour un démarrage de la saison, l’autorité de la lutte rappelle qu’il y a la pandémie. D’où la nécessité de trouver des voies et moyens pour compétir. « Je voudrais tout simplement rappeler que nous sommes dans une situation extrêmement compliquée avec la covid-19. Il faut qu’on trouve les voies et les moyens ensemble afin de commencer les compétitions. Ce n’est pas un blocage entre guillemets, parce que l’autorité a déjà dit que les compétitions peuvent redémarrer. Mais au regard de la complexité de la lutte, nous sommes tenus de prendre des mesures idoines à travers un protocole sanitaire que nous devons mettre sur la table du ministère des Sports », ajoute-t-il.

Le successeur d’Alioune Sarr va rencontrer Matar Ba, ce samedi. Il espère avoir l’aval du ministre pour lancer sa saison 2020-2021. « Nous le ferons dans la semaine et j’ai bon espoir que l’autorité va nous autoriser à démarrer nos activités sportives. Je dis aux lutteurs du courage, la lutte, elle, est là, c’est le sport de chez nous. Nous comptons sur eux et très bientôt les activités vont reprendre », termine-t-il.

Assane Walo Gueye