écouter

Nommé 2ème vice-président chargé de la lutte sans frappe, depuis bientôt un mois, Manga II a réuni le monde de la lutte simple, ce dimanche à l’arène Adrien Senghor de Grand Yoff pour une concertation entre les acteurs de la discipline afin de soulever les problèmes pour ensemble leurs trouver des solutions. La réunion débutée vers les coups de 11h a duré environ 3h de temps. Les Associations, amateurs, promoteurs, dirigeants étaient présents et ont pris la parole pour donner leurs préoccupations concernant la lutte traditionnelle.

Manga II, devant sa table avec ses invités, en face du public assis sous une bâche implantée dans l’enceinte de l’arène, a écouté les intervenants, a répondu aux questions et a formulé des promesses. Sous la présence de l’ancienne gloire Ndiouga Dia, président de l’Association des écoles et écuries de lutte du Sénégal (AREELS) Malick Gningue, président des managers Bassirou Babou, les managers Mbaye Diallo et Max Mbargane, le président de l’association d’Ahlou Lamb Sénégal, les amateurs des villages de Joal, de Ziguinchor, de Fimla, de Foundiougne, Hyacinthe Ndiaye dit Manga II a dévoilé son ambition à la tête du département de la lutte simple et prévoit d’ailleurs une tournée dans les régions.

Les arbitres femmes indésirées dans la lutte simple

L’une des revendications durant les concertations reste le bannissement des arbitres femmes dans la lutte simple. Le prétexte est que certains marabouts interdissent leur lutteur de croiser une femme pour préserver leur gris-gris. Alors que les arbitres femmes allaient jusqu’à toucher les lutteurs*, dans l’enceinte, ce que n’acceptent pas certains amateurs. En répondant cette question, Manga 2  indiquera que cela n’est pas de ses prérogatives. Qu’il y a une commission habilitée à prendre en charge ce sujet.

La durée de validité des licences décriée

Entre autres points soulevés durant les concertations, on peut retenir l’intervention du promoteur Pape Dia. Ce dernier a plaidé pour la protection des promoteurs qui investissent leur argent, à risque, dans les galas de lutte. La durée de validité des licences a également été soulevée. Doudou Niane souhaite que les licences courent jusqu’au 31 décembre afin de permettre aux lutteurs de pouvoir lutter durant les mois d’octobre, novembre et décembre avec leurs licences de la saison précédente. Présentement, les licences des lutteurs sont invalides dès la fermeture de la saison, au mois de juillet.

 Aba Ndong et Doudou Faye absents

Après la nomination de Manga II, le collectif pour la défense de la lutte sans frappe sous la houlette d’Aba Ndong et Doudou Faye avaient tenu un point de presse pour récuser le 2ème vice-président chargé de la lutte. Hier, ni Aba Ndong encore moins Doudou Faye n’ont été aperçu à l’arène Adrien Senghor durant les concertations.

Assane Walo Gueye