écouter

La conférence de presse de Boy Niang 2, tenu mardi passé à Pikine pour exiger l’ouverture de la saison de lutte, semble secouer le cocotier. Car juste, deux jours après ce coup de gueule des acteurs de la lutte notamment Boy Niang 2, Eumeu Sène, Baye Mandione, Papa Sow, Siteu, Max Mbargane et Malick Thiandoum, on nous annonce une réunion d’urgence convoquée par le ministre des Sports Matar Ba. Selon Sunu Lamb, Matar Ba reçoit ce samedi, à 11h, dans les locaux de son ministère, le président du CNG, Bira Sène et son équipe. Peut-être pour ouvrir la saison de lutte. Espérons.

Mais il est bon de rappeler que les activités de la lutte sont à l’arrêt depuis maintenant 10 mois. Le dernier combat de lutte, qui s’est tenu, date du 14 mars 2020. Depuis lors, c’est la traversée du dessert. Tout a été stoppé. Les lutteurs qui avaient encaissé des avances ont tout dépensé. Ceux qui attendaient le démarrage des combats pour renflouer leur caisse sont dans le désarroi. Une ouverture de la saison est une nécessité. Comme disait Malick Thiandoum : « L’heure est grave et la situation est catastrophique ». Donc, la seule solution qui vaille, c’est d’ouvrir la saison tout en exigeant strictement le respect des mesures qui seront prises pour un bon déroulement des combats en présence du public sans propager le virus.

Pape Abdou Fall, Dièye et Doudou Diagne Diécko également reçus

En plus de Bira Sène et son équipe, le ministre des Sports recevra également les promoteurs et les amateurs. En effet, Matar Ba va aussi rencontrer ce, samedi, les promoteurs Pape Abdou Fall et Dièye. Le président de l’association nationale des promoteurs de lutte du Sénégal et celui de l’association nationale des promoteurs authentiques vont essayer de convaincre Matar Ba afin qu’il donne son aval sur le début de la saison. Mais pour cela, ils doivent être armés des arguments solides qui peuvent étayer leurs désirs. A la suite des promoteurs, l’autorité des Sports rencontrera aussi Doudou Diagne Diécko, président de l’AMALDA et d’autre acteurs de l’arène, précise Sunu Lamb.

Assane Walo Gueye