écouter

Le huis clos s’impose de plus en plus aux acteurs de la lutte. Même si une frange de la population ou des observateurs de l’arène ne sont d’accord avec cette possibilité, cette proposition du ministre des Sports Matar Ba semble aller droit vers sa matérialisation. Si on lit Birame Gningue ce mardi, dans les colonne sde Sunu Lamb, on comprend facilement que le huis clos sera l’option finale pour organiser les combats de lutte cette saison. L’agent de Modou Lô indique que son poulain ne craint pas le huis.

« Nous sommes à l’écoute de Luc Nicolaï. S’il indique qu’il souhaite que sa journée se dispute à huis clos, nous allons nous y conformer. Modou Lô ne craint pas le huis le clos. Il peut lutter n’importe où et n’importe quand. Prions d’abord pour que la maladie soit éradiquée à jamais pour que tous les sports reprennent comme avant », a-t-il fait comprendre.

Le mentor du Roi des arènes estime également que le huis clos reste la seule solution pour pouvoir sauver les combats déjà montés. « La maladie est toujours là et elle existe. Donc, c’est le contexte actuel. A cause de cette maladie, la lutte est toujours bloquée. Il ne reste que la solution du huis clos du huis clos pour sauver les combats qui sont déjà montés. Je ne vois aucun inconvénient de voir Modou Lô disputer un combat à huis clos même à l’arène nationale », a laissé entendre Birame Gningue.

Assane Walo Gueye