écouter

Avant-hier, mercredi, la nouvelle équipe du CNG a pris des mesures fortes à la suite de sa première réunion. Bira Sène et son équipe ont baissé le prix des licences. Celles des promoteurs de la lutte avec frappe passent de 300.000 F à 200.000 F. La licence des promoteurs de la lutte sans frappe passe de 100.000 F à 75.000 F, la licence des managers de 50.000 F à 30.000 F, la licence des lutteurs avec frappe de 10.000 F à 5.000 F et la licence des lutteurs sans frappe de 5.000 F à 3.000 F. Des mesures saluées par le monde de la lutte certes. Mais Pape Abdou Fall, président de l’Association des promoteurs estime que ces baisses peuvent occasionner la venue des personnes malsaines dans le milieu de la lutte.

« Que la baisse des prix des licences ne permette pas à n’importe qui de devenir promoteur. Un promoteur doit avoir de la personnalité, du charisme. Acheter une licence, engager des lutteurs sans pouvoir les payer, mêler notre sport avec des choses pas clean, nous ne l’accepterons pas », a prévenu le promoteur dans les ondes de la Rfm.

Le conseiller de Bira Sène formule ses craintes et invite le monde de la lutte à barrer la route aux éventuelles promoteurs malintentionnés. « En tant que président des promoteurs et tous ceux qui sont dans l’arène, nous devons prendre nos responsabilités et dénoncer ceux qui voudront acheter des licences alors qu’ils sont dans des trucs qui n’honorent pas la lutte. Un travail formidable a été réalisé et a été fortement apprécié par tous. Nous ne pouvons nous permettre de voir d’autres le déprécier, le réduire à néant parce que les licences sont abordables. Je n’écarte personne, qu’on ne déforme pas mes propos. Qui se sent morveux se mouche. Ceux qui sentent visés par mes propos n’ont pas une bonne intention pour la lutte », s’insurge le patron de PAF.

Assane Walo Gueye