écouter

Organisateur du gala de Hamdalaye, samedi passé, Baboucar Sow ne digère pas l’acte du lutteur Toubacouta. Qu’il pointe du doigt comme le principal fautif de l’interruption de sa manifestation. Joint au téléphone par Leewtoo.net, Baboucar Sow a exprimé son mécontentement envers Toubacouta et place ouvertement des menaces à l’endroit du lutteur.

Entretien

Baboucar Sow pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Lewwtoo.net ?

Je m’appelle Baboucar Sow et j’habite dans le village de Hamdalay. Deux de mes amis notamment Mamadou Diallo, Baboucar Samb et moi étions les organisateurs du gala de lutte qui s’était tenu le samedi passé dans le village de Hamdalaye. Un gala qui s’est terminé dans des échauffourées.

Si ce sont vous les organisateurs de ce gala, pourquoi le nom de Birame Faye apparaît donc dans l’affiche publicitaire de l’événement et les annonces ?

Birame Faye est un promoteur. Il est le propriétaire du label que nous avions pris pour organiser le gala. C’est un Sénégalais, il habite à Karang, il maîtrise le domaine mieux que nous, c’est pourquoi son nom figure dans les affiches.

Les amateurs sont venus en masse suivre le gala, les bénéfices doivent être importants, n’est-ce pas ?

Pour dire vrai, j’ai subis une grosse perte après le gala. Bien vrai que les amateurs ont répondu présents. Il y avait beaucoup de monde, je l’admets. Mais les dégâts matériels étaient trop importants. Un lutteur qui s’appelle Toubacouta, après avoir perdu son combat, a occasionné les échauffourées. Ainsi, les baffles, les chaises ont été détruits. Et nous avons décaissé 635.000 FCFA pour rembourser tous les dégâts matériels qui se sont produits sur place. Après nos calculs, nous avons pris notre propre argent à hauteur de 335.000 FCFA pour compléter le remboursement. Cependant, on reconnaît que le gala en tant que tel a été agréable à suivre.

Avant l’interruption du gala, les poids légers préparaient leur finale alors que les poids lourds étaient arrivés en quart de finale. Les lutteurs ont-t-ils reçu leurs dus malgré l’arrêt du gala ?

On a payé tous les lutteurs qui étaient restaient dans la course. Toute la mise a été partagée aux lutteurs. Six lutteurs étaient restés dans la course. Ils ont été tous payés. Je peux en citer Pakala, parce que je le reconnais. Si vous l’appelez, il pourra vous confirmer cela.

Toubacouta, l’auteur des faits, a-t-il été sanctionné ou bien rien est prévu à son endroit ?

Nous sommes des gambiens, nous ne le connaissons pas. Nous ne connaissons pas où il habite. On ne peut le sanctionner parce que nous ne connaissons pas par ou passer pour pouvoir le sanctionner. En tout cas, il nous a causé du tort. Et cela, nous ne le lui pardonnerons jamais.

C’est quoi le rôle de la fédération gambienne dans tout cela ?

À Hamdalaye, nous ne cherchons pas l’autorisation de la fédération pour organiser nos galas. Pour organiser, il faut juste aller voir le chef du village qui vous donne une autorisation d’organiser. Cette autorisation est présentée à la gendarmerie pour la signature du chef de la brigade, et c’est tout. D’ailleurs, les arbitres et les gars de la table technique viennent tous de Karang, un village du Sénégal. Il n’y avait aucun officiel gambien pour superviser ou arbitrer le gala.

Donc, vous n’aviez pas d’assurance ni rien lors de ce gala ?

Nous n’avions pas d’assurance. Aucune assurance venant de l’Etat ou autre n’a été notée. À part l’autorisation reçue de la gendarmerie et la sécurité affectée à notre service, il n’y avait plus rien. Mais la sécurité n’était pas suffisante, cause pour laquelle on a noté ce désordre. En plus de cela, Toubacouta était accompagné par beaucoup de personnes qui étaient incontrôlables.

Donc, vous avez endossé tout seul les pertes notées sur place ?

Oui, nous avons endossé toutes les pertes notées lors de ce gala. Avec tout ce qui s’est passé samedi, il sera difficile pour nous d’organiser à nouveau un gala de lutte. Nous sommes des amateurs et c’était la première fois que nous organisons un gala. Ce sera difficile de continuer.

Quel message lancez-vous à Toubacouta qui, selon vous, est à l’origine de tout ce désordre ?

Je lui dis qu’il a commis une grosse erreur. Il pouvait éviter cela puisqu’il n’est pas un novice dans le milieu. Boy Faye est le premier lutteur à être éliminé par décision arbitrale. Boy Faye a accepté la décision des arbitres sans problème. Toubacouta pouvait faire comme lui. Mais hélas.

Toubacouta a fait une vidéo pour présenter ses excuses, l’avez-vous vue ?

Non, je n’ai pas vu la vidéo. Mais c’est trop tard. Les excuses ne résolvent rien du tout. Il a commis une grosse erreur. Les excuses ne peuvent rien faire par rapport aux pertes que j’ai subies. Pour vous montrer que les choses m’ont beaucoup touché, s’il était gambien, j’allais l’ester en justice, c’est sûr. Comme il est un Sénégalais, je ne peux rien pour lui. Mais qu’il sache, je suis sur ses trousses. Si on se croise en Gambie, il va rembourser mon argent. Qu’il entend cela. Il a intérêt à venir discuter avec moi pour qu’on trouve une solution à l’amiable. À défaut de cela, il a intérêt à ne plus venir lutter en Gambie. S’il vient, il le regrettera amèrement. Il nous a profondément porté préjudice. On a sorti 1.000.000 FCFA pour les lutteurs et cet argent pouvait nous régler nos propres problèmes.

Assane Walo Gueye