écouter

Si un promoteur devait se lamenter après l’arrêt des activités sportives à cause de la covid-19, ce ne serait personne d’autre que Baba Diaw. Car, il a été directement impacté par l’arrêté du ministre de l’Intérieur, publié le 14 mars et interdisant toutes activités sportives à cause de la pandémie du coronavirus. En effet, c’est la veille de son événement que cette décision a été prise par le ministre Aly Ngouille Ndiaye. Seulement, le jeune promoteur se sent défavorisé. Pour lui, si c’était un grand promoteur qui détenait cette journée, l’arrêté allait être renvoyé à une date ultérieure. « C’est la veille de ma journée de lutte, du combat Gamou Gueye 2 (Lébougui)/ Sokh (Xam Sa Cossan) du dimanche 15 mars dernier, que les activités ont été suspendues. C’était très dur pour moi. Parce que j’avais déjà payer la location de l’arène nationale, payer les honoraires des forces de l’ordre et gérer les frais de la manutention. Donc, j’y avais perdu beaucoup de millions de Fcfa. Si la journée appartenait à un grand promoteur, je demeure convaincu qu’on lui aurait permis d’organiser et faire de sorte que la mesure entre en vigueur, à partir du lundi qui suivait », dénonce le patron de Thiam Productions accroché par Sunu Lamb.

Vue les pertes qu’il a subi, le promoteur espère toujours un dédommagement des autorités. « Je n’avais pas rencontré les autorités pour parler de cela. Mais je pense que c’est à elle de me convoquer pour tenter de voir comment m’aider à compenser mes lourdes dépenses financières », sollicite-t-il.