écouter

L’arène fermée depuis le 14 mars passé, aucun lutteur n’a réussi à lutter depuis bientôt 10 mois à cause de la covid-19 qui sévit dans le pays depuis le 2 mars dernier. Une situation catastrophique pour les populations. D’où la recrudescence du phénomène Barça wala sakh avec les gens qui bravent la mer pour rallier l’Europe en quête de meilleures conditions de vie.  Ce phénomène de l’émigration clandestine n’a pas épargné le monde de la lutte notamment les écuries de la ville de Mbour. En effet, 14 lutteurs issus des écuries de Mbour se sont adonnés à cette aventure. 6 d’entre eux ont péri dans la mer, 7 sont arrivés à bon port et 1 rescapé a été noté, nous informe Sunu Lamb.

Balka Mack, Pape Samaklé, Lamine, Balla 3 et Dunkhaf 2 perdu en mer

L’écurie Boulème est la plus impactée à Mbour par l’émigration clandestine. En effet, cette formation a perdu en mer trois de ces pensionnaires notamment Blaka Pape Samaké et Lamine. L’écurie Santhie vient en deuxième position avec la mort de ses deux sociétaires : Balla 3 et Ferraille. L’écurie de Diamaguène 2 a quant à lui perdu un lutteur : Dounkhaf 2. Malgré ces 6 morts enregistrés, 7 voyageurs ont quand même pu arriver en Europe. Ils vivent actuellement en Espagne. Il y a également un rescapé notamment PA Thiam. Ce dernier a tenté le voyage mais il n’a pas atteint son objectif. Après la mort de ces compagnons en mer, PA Thiam est resté en vie et a regagné sa maison, nous révèle Sunu Lamb.

Assane Walo Gueye