écouter

Alassane Traoré, supporter de Fass et habitant de Thiaroye Azur suit avec intérêt l’actualité de la lutte. Et la question du huis clos l’interpelle vraiment. C’est pourquoi, il a cherché Leewtoo pour faire sa proposition. Alassane propose l’intégration des rounds dans l’arène pour éviter la frustration des amateurs. Pour lui, acheter un le pay-per-view pour suivre un combat qui ne dure pas une minute est une chose aberrante.

 

« Je n’achèterais pas le pay-per-view pour suivre un combat qui va durer moins d’une minute »  

« Vue la situation actuelle de la lutte, au moment où on propose de tenir les combats de lutte en huis clos, je souhaiterais que les autorités de l’arène revoient l’organisation des combats. Des solutions devront être trouvées par rapport à la situation. Si on me propose, en tant qu’amateur de lutte, le pay-per-view pour un combat auquel, je suis sûr qu’il ne va pas durer une minute, je ne vais pas acheter un code pour suivre le combat, je ne verrais pas le besoin d’acheter la pass. Si on achète le code, c’est pour suivre un vrai combat qui dure plusieurs minutes et non des secondes. »

Trois rounds de 10 minutes pour satisfaire les amateurs

« Pour éviter le désenchantement de ceux qui se procureront des codes, je propose que l’on introduit des rounds dans l’arène, durant les huis clos. On peut faire 3 rounds de 10 minutes. A l’issu du premier round si un lutteur bat son adversaire, on prend un repos de quelques minutes pour sifflet le deuxième round. Si le même lutteur remporte le deuxième round, le combat est fini. S’ils sont à égalité, on passe au troisième round. Le vainqueur du troisième round, dans ce cas, remporte le combat. Si à l’issu du troisième round, aucun lutteur ne réussit à terrasser son adversaire, on se base sur la durée des chutes de chacun des rounds. C’est-à-dire que si un lutteur bat son adversaire en une minute, l’autre en deux minutes, on donne la victoire à celui qui a vaincu son adversaire en une minute. S’il n’y pas de chute durant les trois rounds, on considère les points en donnant la victoire le plus entreprenant d’entre eux. Si également, il y a un KO durant l’un des rounds, le combat est fini. »

« S’entrainer 6 heures de temps et perdre un combat en quelques secondes est aberrant »

« La lutte est arrivée là où elle a besoin d’innovations. Les lutteurs s’entraînent 6 heures par jour. Ils mettent 2 heures de temps à la plage à l’aube, 2 heures dans les salles de musculation et 2 heures dans les écuries pour des contacts. D’autres aillent en Europe ou aux Etats Unis pour des préparations. Venir après tous ces efforts perdre un combat en moins d’une minute est aberrant. »

Assane Walo Gueye