écouter

L’odeur qui jaillit dans l’arène ne sens pas bon. Après la saison presque blanche 2019-2020 à cause de la covid-19, l’avenir de la lutte au Sénégal pour cette période 2020-2021 est toujours sombre. En effet, nous sommes au mois de janvier et jusqu’à maintenant, aucune date n’a été avancée pour démarrer enfin les empoignades dans les enceintes. Il ne reste plus que 5 mois pour cette saison qui peine à débuter et d’autres événements non alliable à la lutte se profilent à l’horizon, nous informe Sunu Lamb. C’est le cas du mois de Ramadan, la covid-19 et le temps qui presse.

Janvier-juillet : plus ce que 5 mois pour la fin de la saison

Normalement, la saison devait démarrer au mois d’octobre-novembre mais jusqu’à présent aucun combat de lutte n’a été noté. Présentement, dans le mois de janvier, la campagne 2020-2021 cours directement vers sa fin prévue le 31 juillet 2021. Donc, 5 mois encore pour le ministère des Sports, le CNG, les promoteurs et les lutteurs de trouver une solution afin de voir les pugilistes balancer les bras dans les enceintes des arènes si la covid-19 le leur permet.

La covid-19, toujours présente

Si la saison 2019-2020 a été arrêté au 14 mars passé, c’est parce que la covid-19 était arrivé au Sénégal et commençait à se propager dans le pays. Et pour freiner sa propagation, l’Etat du Sénégal avait pris la décision de tout arrêter. Seulement, la covid-19 est toujours présente. Pire, elle reprend de plus belle avec cette deuxième vague. Ce qui complique encore plus la situation. Mais, l’espoir est permis. Il y a environ une semaine, le ministre Matar Ba a reçu le président du CNG, Bira Sène qui devait lui remettre un protocole sanitaire pour rendre possible la tenue des combats en période de pandémie. Si l’arène ouvre ses portes durant ce mois de janvier, février ou mars, il ne durera pas longtemps pour à nouveau être arrêté. Cette fois-ci pas à cause de la covid-19 mais plutôt le mois de Ramadan.

Le mois de Ramadan prévu durant la période avril-mai

On est au mois de janvier et il reste moins de quatre mois pour que nous arriverions à la période du Ramadan. En effet, ce mois béni est prévu au mois d’avril et va se dérouler jusqu’au mois de mai. Et durant cet intervalle, aucun combat de lutte ne sera organisé. Ce qui sera un mois de mois de moins dans la saison 2020-2021. Ce qui veut dire qu’il ne reste en réalité que quatre mois dans lesquels les promoteurs pourront tenir leurs événements. Et il est impossible de tenir de grands combats pour cette courte durée. D’où les doutes sur une autre saison blanche de suite.

Assane Walo Gueye