écouter

Malgré la pandémie, les lutteurs continuent de recevoir des avances sur cachets des promoteurs. A l’image des autres disciplines, la lutte est à l’arrêt à cause du coronavirus. Après 6 mois d’arrêt forcé, la lutte pourrait difficilement survivre après cette pandémie mais les promoteurs continuent continuent de prendre des risques en remettant de avances aux lutteurs. L’arène risque de vivre mal l’après COVID.

Ndèye Coumba FALL

#leewtoo